• Finances

    Les finances, le budget du Syndicat du Cher

     

    Accéder directement :

    - aux exécutions budgétaires 2013

    - aux participations communales 2014


     

    Budget 2014

    En tant qu'établissement public de coopération intercommunale, le Syndicat du Cher est soumis aux normes de la comptabilité publique (M14).

    Le budget prévoit une section de fonctionnement et une section d'investissement, chacune de ces sections étant votée en équilibre (recettes égales aux dépenses). Il s'agit donc de prévisions.

    Les graphiques ci-dessous synthétisent les projets de recettes et de dépenses, tels qu'ils ont été votés par le Conseil en février 2014.

     

    Les recettes

    Les recettes de fonctionnement sont surtout les participations des 20 communes membres, accompagnées d'une aide du Conseil Général d'Indre-et-Loire.

    On y trouve aussi les "recettes d'exploitation", en l’occurrence le produits des taxes perçues par l'Etat sur le Domaine Public Fluvial, les loyers des maisons éclusières et tous les remboursements de charges par les locataires.

    En investissement, les recettes sont composées de subventions demandées pour les travaux à venir, et de la récupération partielle de la TVA sur les travaux de l'année précédente.

    Sont aussi considérés comme des recettes budgétaires le report des excédents dégagés les années précédentes.

    Les recettes prévisionnelles s'établissent à 456 338, 38 €, leur répartition est présentée sur le graphique ci-dessous.

      Recettes prévisionnelles 2014

    Les dépenses

    Il s'agit des dépenses prévisionnelles, elles sont votées "par chapitre" pour le fonctionnement et "par opération" pour l'investissement. Il n'est pas possible d'avoir plus de dépenses que le montant de chaque chapitre ou le montant de chaque opération.

    En fonctionnement, la dépense principale ce sont les charges de personnel, qui sont structurellement élevées au Syndicat, compte-tenu de la gestion des barrages à aiguilles qui nécessite un minimum de main d’œuvre expérimentée. Elles comprennent aussi les assurances spécifiques à la fonction publique.

    Il y a ensuite les "charges à caractère général", où se trouvent toutes les dépenses courantes : eau, électricité, carburants, vêtements de travail, fournitures administratives, locations de matériel et locaux, entretien des maisons, des écluses, des ouvrages, entretien du matériel et des véhicules, téléphonie, taxes foncières, assurances.....

    Les charges de gestion courante comprennent les indemnités des élus et diverses cotisations. Il y a aussi les intérêts des emprunts à court et long terme.

    En investissement, il s'agit des dépenses d'achat de matériel ou de dépenses de travaux sur la rivières ou les ouvrages (travaux neufs ou rénovation importante). On y trouve aussi le remboursement du capital des emprunts et l'inscription du déficit de l'année précédente.

    Les dépenses prévisionnelles s'établissent à 456 338, 38 €, leur répartition est présentée sur le graphique ci-dessous.

    Dépenses prévisionnelles 2014

     


    Les dépenses et recettes réelles de 2013

    Il s'agit ici des opérations réelles, telles qu'elles ont été validées par le Conseil lors de sa séance de février 2014 et telles qu'elles ont été réalisées par le comptable public.

    Néanmoins, dans un souci de lisibilité et de comparaison avec les budgets, le graphique ci-dessous inclue les excédents reportés de l'année précédente, alors qu'il ne s'agit pas d'opérations réellement exécutées dans les documents comptables.

    Les recettes de 2013

    Les recettes de fonctionnement sont surtout les participations des 20 communes membres, accompagnées d'une aide du Conseil Général d'Indre-et-Loire.

    On y trouve aussi les "recettes d'exploitation", en l’occurrence le produits des taxes perçues par l'Etat sur le Domaine Public Fluvial, les loyers des maisons éclusières et tous les remboursements de charges par les locataires.

    En investissement, les recettes sont composées de subventions demandées pour les travaux, de la récupération partielle de la TVA sur les travaux de l'année précédente, et de la réalisation d'un emprunt pour financer ces travaux.

    Les recettes de 2013 s'établissent à  483 364, 08 €, leur répartition est présentée sur le graphique ci-dessous.

    Recettes réelles de 2013

    Les dépenses

    En fonctionnement, la dépense principale ce sont les charges de personnel, qui sont structurellement élevées au Syndicat.

    Il y a ensuite les "charges à caractère général", où se trouvent toutes les dépenses courantes : eau, électricité, carburants, vêtements de travail, fournitures administratives, locations de matériel et locaux, entretien des maisons, des écluses, des ouvrages, entretien du matériel et des véhicules, téléphonie, taxes foncières, assurances.....

    Les charges de gestion courante comprennent les indemnités des élus et diverses cotisations. Il y a aussi les intérêts des emprunts à court et long terme.

    En investissement, il s'agit des dépenses de rénovation des barrages à aiguilles (123 800 €). On y trouve aussi le remboursement du capital des emprunts.

    Les dépenses réelles de 2013 s'établissent à 436 376, 32 €, leur répartition est présentée sur le graphique ci-dessous.

    Dépenses réelles de 2013

     


    Les participations communales 2014

    Chaque année, les 20 communes membres votent leur participation au Syndicat du Cher, suivant une grille de critères :

    - Une participation par km  de rive.

    - Une participation par habitant, le nombre d'habitants évoluant chaque année en fonction des données de l'INSEE. Cette participation est différenciée : les communes dont le bourg est proche du Cher paient plus que celles où le centre est éloigné, les communes de l'agglomération tourangelle ont une participation par habitant plus faible.

    Les participations des communes pour 2014 sont détaillées ci-dessous.

    Participations 2014 des communes membres