• Le Conseil du Syndicat du Cher canalisé s'est réuni le 6 avril à Bourré.

    Le Conseil a tout d'abord entériné l'évolution des statuts du Syndicat du Cher, avec l'entrée de la Métropole Tours Val de Loire à la place des communes de Saint Avertin, Saint Pierre des Corps et Tours. Le Syndicat du Cher n'est plus un Syndicat intercommunal, mais un Syndicat mixte. C'est seulement une étape : en 2018, les autres Communautés de communes auront la compétence "Gestion des Milieux Aquatiques et Préventions des Inondations".

    Le Conseil a ensuite examiné les comptes de 2016. En cumulant investissement et fonctionnement, le Syndicat du Cher a eu 453 296 € de recettes et a dépensé 434 523 €. Il s'agit surtout de dépenses de fonctionnement courant. Pour l'investissement, les dépenses concernent l'achat de pièces pour les barrages et les écluses et les travaux sur les écluses de Nitray et Vallet.

    C'est le vote des participations qui a fait le plus débat. Car la Métropole a demandé une nette réduction de sa participation, considérant qu'elle ne souhaite pas s'impliquer pour l'instant dans les aspects touristiques de la gestion du Cher. Avec une participation de 70 000 €, la Métropole reste néanmoins le principal contributeur du Syndicat, mais globalement les participations baissent de près de 10 %. Les recettes prévues par le Syndicat pour 2017 sont donc en nette baisse.

    Le Conseil a ensuite voté le budget 2017. La section de fonctionnement s'équilibre à 381 684 €. Pour l'investissement, le budget est ambitieux (456 558 €), mais reste provisoire en l'attente de décisions de subventions. Une bonne partie de ce budget prévisionnel concerne le renouvellement de portes d'écluses.

    Le Syndicat du Cher a par ailleurs décidé d'accorder une subvention à la Fédération de Pêche d'Indre-et-Loire pour des opérations d'arrachage de Jussie.

     

     


  • Le Conseil du Syndicat du Cher canalisé s'est réuni le 1er mars dernier.


    Ce conseil était consacré au "débat d'orientations budgétaires", mais marque surtout un événement : la Communauté Urbaine Tour(s) Plus, future métropole, entre au Syndicat du Cher, à la place des communes de Saint Avertin, Saint Pierre des Corps et Tours.
    Le Syndicat du Cher n'est plus "intercommunal" mais devient un "syndicat mixte".

    Cette évolution est due au fait qu'en devenant Communauté Urbaine, Tour(s) Plus a pris la compétence dite "GEMAPI" (pour GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations).
    Le 1er janvier 2018, ce sera au tour des autres Communautés de Communes d'avoir (obligatoirement) cette compétence, et donc de se positionner pour remplacer les communes dans le Syndicat.
    Ce sera aussi sans doute l'occasion d'une refondation plus importante de l'organisation des collectivités locales pour gérer les rivières et les milieux aquatiques, mais tout cela est encore en discussion.


    Cette situation génère un manque de visibilité à moyen terme, mais ce n'est pas pour cela que la gestion et les projets s'arrêtent. L'enjeu majeur des prochains mois est notamment de finaliser le projet de renouvellement de portes d'écluses en Indre-et-Loire.

    Pour en savoir plus sur la GEMAPI, vous pouvez consulter le site de la DREAL Centre-Val de Loire.

    http://www.centre.developpement-durable.gouv.fr/gemapi-r876.html

     

     

     


  • Suite à la consultation du public ayant eu lieu en fin d'année 2016, les Préfets d'Indre-et-Loire et de Loir-et-Cher ont délivré une nouvelle AOT, unique, au Syndicat du Cher canalisé.

    Cet acte délimite l'action du Syndicat du Cher canalisé sur le domaine de l’État et a été renouvelé pour 1 an.

    A lire sur la page dédiée.

     

     

     


  • Le Syndicat du Cher canalisé gère une partie du Cher par délégation de l'Etat, propriétaire de la rivière et des barrages à aiguilles.

    Cette délégation est formalisée par une Autorisation d'Occupation Temporaire (AOT) délivrée par les Préfets d'Indre-et-Loire et de Loir-et-Cher. Cette AOT précise quelques règles, notamment celles pour la gestion des barrages.

    En tant que "décision ayant une incidence sur l'environnement", le projet d'arrêté préfectoral est soumis à la consultation du public, entre le 23 novembre et le 7 décembre 2016.

    Pour le 37, la consultation est ici : http://www.indre-et-loire.gouv.fr/Publications/Participation-du-public-aux-decisions-ayant-une-incidence-sur-l-environnement/Projet-d-arrete-portant-autorisation-occupation-temporaire-du-domaine-public-fluvial-Cher-canalise

    Pour le 41, la consultation est ici : http://www.loir-et-cher.gouv.fr/Publications/Publications-legales/Participation-du-public/Consultations-2016
    [ Faire défiler les projets]

     

    Pour info, les AOT actuelles sont sur cette page.

     


  • Le Conseil du Syndicat du Cher canalisé s'est réuni le 28 septembre à Montrichard.

    M. Houry n'étant plus délégué, il fallait désigner un nouveau Vice-président.
    M. Paoletti, Maire de St Georges sur Cher, a été élu au premier tour (26 voix/33).
    [ Composition du Conseil et du bureau mise à jour sur cette page].

    Il y a eu ensuite des délibérations administratives (modification du budget, contrat groupé d'assurance statutaire).

    Le Conseil a par ailleurs demandé le renouvellement des AOT, les actes par lesquels l'Etat nous confie la gestion du Cher, car elles arrivent à expiration à la fin de cette année.
    Ce fut l'occasion de faire le point sur le Schéma d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE), voté en juillet et qui fixe des règles en matière de gestion des barrages. Les travaux nécessaires pour assurer la continuité écologique ont été abordés. Des informations concernant les réparations, l’utilisation et les éventuels remplacements des portes d’écluses ont permis le débat.

    Pour finir, un large temps a été consacré à la mise en œuvre de la "GEMAPI". Cette compétence de "Gestion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations" est dévolue aux Communautés de Communes à partir de 2018.
    Cela entraînera une réorganisation des collectivités locales pour la gestion des rivières.
    Mais pour le Syndicat du Cher, c'est demain, car Tour(s) Plus aura cette compétence dès le 1er janvier prochain.

     

     


  • Compte-rendu sommaire du Conseil du 21 mars 2016

    Le Conseil du Syndicat du Cher s'est réuni à Azay sur Cher le 21 mars 2016.

     

    Le Conseil a tout d'abord validé le document unique d'évaluation des risques professionnels et le plan d'action associé.

    Puis il a été décidé d'attribuer une subvention à la Fédération de Pêche d'Indre-et-Loire pour son projet d'arrachage de Jussie sur le Cher.

     

    Puis ce fut la longue séquence des délibérations comptables et budgétaires.

    Le Compte administratif 2015 a été adopté.
    La section de fonctionnement est excédentaire (339 314 € en recettes et 319 880 € en dépenses). La section d'investissement est déficitaire (24 702 € de recettes pour 78 790 € de dépenses).

    Sur l'ensemble, le Syndicat a donc dépensé 398 670 € en 2015. Les reports comptable sur l'exercice 2016 restent positifs.

    Les communes membres ont accepté une hausse de leur participation, dont le montant total s'élèvera à 235 874 € en 2016. Par ailleurs le département d'Indre-et-Loire continue à participer financièrement à la gestion du Cher.

    Le budget primitif 2016 a ensuite été adopté à l'unanimité, et s'élève à 674 063 €, dont 253 547 € en investissement.

     

    Pour finir, les premières esquisses des projets de passes à poissons ont été présentées.

    L'étude globale de restauration de la continuité écologique sur le Cher aval, pilotée par l'Etablissement Public Loire, concerne (entre autres) trois des dix barrages à aiguilles gérés par le Syndicat du Cher.

    Sur les barrages de Larcay et Roujoux, il faudra choisir entre l'aménagement du radier des barrages (le fond) ou l'équipement des écluses en systèmes amovibles.

    Sur le barrage de Civray, ce sont deux solutions de contournement du barrage qui sont à l'étude.

     

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique